Marché automobile : les allemands à la fête, les français à la peine.

Alors que les constructeurs tricolores sont à la peine, on ne peux pas en dire autant des constructeurs allemands qui affichent une forme resplendissante à l’image de Mercedes qui annonce une mois de mars 2012 record avec plus 131.334 véhicules vendus sur ce seul mois soit 11.9% par rapport à 2011.  Les mauvais scores des françaises  s’expliquent selon certains par des modèles en fin de vie, mais chez Mercedes l’ancienne génération de classe A fait un bon de 17% et la classe S  27.5%.  Selon moi l’explication est à chercher ailleurs. L’économie mondiale repart, sauf en France peut être, et les marques allemandes  jouissent d’une très bonne image dans le monde entier là ou les françaises ne sont présentes qu’en Europe  et très peu sur les nouveaux marchés.  La DS5 ne suffit pas à elle seule à refaire une image prestigieuse à la France en matière d’automobile.  Les allemands on fait le choix du haute de gamme et de la technicité là ou la France choisit les utilitaires, les monospaces , et les voitures électriques. Dans les années 70 la France n’avait pas de pétrole, mais des idées, il s’est avérée que la France n’ai pas eu les bonnes. En effet quand les allemands choisissent de faire des efforts pour conserver leur patrimoine automobile, nous français diabolisons l’automobile, quelques  25 ans après il n’y a qu’a regarder les publicités automobiles françaises et celles diffusées en Allemagne pour comprendre la différence entre les deux pays.  Je pense réellement que si les pouvoirs publiques arrêtaient de diaboliser l’automobile, l’industrie automobile française pourrait rayonner dans le monde entier, car nous avons un vrai savoir faire.  Objectivement les allemandes sur des critères objectifs souffriraient de la comparaison avec les françaises : deux cas précis me viennent en tête la Mégane RS   qui dame le pion à bon nombre de sportives allemandes beaucoup plus chers sur le circuit du Nurburgring, la Peugeot 508 RXH qui affiche des prestations supérieurs à une Audi A4 Allroad tout en consommant moins. Malheureusement la plus part des français ne connaissent pas cet état de faite, il préfère donc acheter allemands pour ceux qui en ont les moyens, ce qui contribue un peu plus à vider nos usines instaurant ainsi un cercle vicieux. Et quand on voit à quel point l’automobile ne fait pas partie de la campagne présidentielle, je pense que les constructeurs allemands et asiatiques ont encore de beaux jours devant eux. Pourtant quelques mesures simples permettraient d’inverser la tendance : l’augmentation de la vitesse sur autoroute, la refonte du bonus écologique et de la puissance fiscal qui actuellement  favorise les petits véhicules produits ailleurs que chez nous et avec une énergie issus de centrale à charbon.

Répondre