Limitation de vitesse à 80 km/h, ça (re-)commence

walls-80-kmhMardi dernier Manuel Valls  était l’invité de Jean-Jacques Bourdin. Notre ministre de l’intérieur a annoncé l’expérimentation de la limitation à 80 km/h sur les routes du réseau secondaire dans quelques départements sans toutefois les citer. Manuel Valls motive cette décision en expliquant que 25% des accidents mortels sont dus à la vitesse.  Surpris par ce chiffre j’ai donc vérifié ces chiffres en téléchargeant le rapport de la sécurité routière qui commence par un laïusse de notre ministre. Dans la rubrique vitesse, je lis que dans 25% des accidents mortels la cause principale est la vitesse «selon les premiers retours sur accident des forces de l’ordre».  Quelques lignes plus bas on peut lire dans ce même rapport «le facteur principal n’a pu être identifié dans 37 % des accidents». Re faisons un rapide calcul  pour identifier le nombre de morts causés par la vitesse : 3 653 personnes tués sur nos routes en 2012, retirons donc 37% des cas dont la cause n’a pu être identifiée soit 1352 décès il nous reste donc à expliquer  2301 décès. Retirons ensuite les 18 % des décès causés par un conducteur présentant un taux d’alcoolémie supérieur au seuil légal soit 658 vies. 1643 décès reste encore a expliquer. 531 personnes ont perdus la vie dans un accident impliquant un conducteur positif au stupéfiant. Pour être honnête il ne faut comptabilisé que la moitié de ces décès car 50% des conducteurs positifs aux stupéfiants le sont aux tests d’alcoolémie. Nous comptabiliserons donc 266 décès. Nous en sommes donc à  1377 vies. Toujours selon ce rapport  8 % des décès routiers sont directement imputable au facteur  « malaise et fatigue » et 8.7% à la perte de vigilance (le facteur « attention perturbée ») soit au total 610 vies perdues. Toujours selon ce rapport 14% des accidents mortels  ont pour cause principale un refus de priorité soit 512 accidents mortels soit encore plus de décès mais nous n’en comptabiliserons qu’un par accident soit 512 décès. Pour en finir avec ce décompte macabre il ne reste que 255 décès que nous pouvons donc imputer à une vitesse excessive soit 6.9%.

Bien évidement cet démonstration par l’absurde est faite pour prouver que l’on peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres  et que notre ministre ne s’en prive pas  histoire de faire plaisir à Mme Perrichon et surtout justifier un peu plus le racket fiscal des automobilistes.  La vitesse est certainement un des facteurs et une cause aggravante mais, comme il ne peut y  avoir qu’une et une seule cause principale, la vitesse n’est pas la cause principal d’un accident mortel sur 4 comme semble le dire le ministre.  D’autant plus que dans 50% de ces 25%  le dépassement de la vitesse n’excède pas les 10km/h.  Au final la vitesse est certes  en cause dans une trop grande proportion des accidents, mais ce n’est pas le seul. En revanche c’est le facteur le plus facile à contrôler et le plus rentable.

Ce rapport montre autre chose, que la chute de la mortalité est constante depuis la fin des années 70 et qu’elle est quasiment la même pour les autres pays. Ce rapport montre aussi que l’objectif de Manuel Valls d’abaisser à 2000 le nombre de tués sur nos routes à l’horizon 2020 n’en est pas un, puisque mécaniquement si on prolonge cette courbe en 2020 nous seront à moins de 2000 morts.

 Depuis des années maintenant le nombre de radar explose sans que cela  ne change le coefficient directe de la courbe des décès sur la route. En revanche, le nombre de retraits de points et de permis explosent,  nos tribunaux sont encombrés par les délinquants de la route, tandis que les  vrais bandits  ont le sentiment d’impunité tant les jugements interviennent longtemps après le fait.

Mr Valls concentrez vous plutôt sur la vrai délinquance qui explose dans ce pays et laissez tranquille les automobilistes. D’autant que votre gouvernement cherche en vain la croissance sachez que plusieurs études mettent en évidence le faite que  la réduction de la vitesse sur les routes font perdre quelques point de PIB.  A tel point que le Royaume-Uni référence en terme de sécurité routière, a décidé d’augmenté la vitesse sur certaine routes.

 

Répondre